Festival 2017

8eme festival de cinema engage latino-americain PICO Y PALA

Soiree d’ouverture

 

Vendredi 7 avril à 19H30

Focus Cuba : « Puisqu’en revant nous sommes plus reveilles »

Lieu : Magic Cinéma,

rue du chemin vert, BOBIGNY, M°5 Bobigny

 

A l’heure où les relations entre Cuba et le monde sont redéfinies par le décès de Fidel Castro et l’avènement de Donald Trump, il est intéressant de revenir sur deux moments-clés qui ont provoqué une profonde crise identitaire, sociale et culturelle sur l’île : l’installation de la base militaire étasunienne à Guantánamo et la mise en place du blocus économique. Dans ce contexte, les documentaires suivants témoignent de la force, de la solidarité et de la détermination du peuple cubain dans ce difficile chemin vers l’indépendance.

 

Guantanamo nous appartient (Todo Guantanamo es nuestro)

De Hernando Calvo Ospina. Cuba, 2016, 36min

A travers des images d’archives et témoignages des cubains, le réalisateur présente un regard original sur cet autre Guantánamo – une province, avec ses richesses, ses coutumes, et surtout son peuple à qui l’on a imposé ces installations militaires dans l’indifférence générale.

Réfugié politique colombien en France, Hernando Calvo Ospina est documentariste, écrivain et journaliste notamment pour « Le Monde diplomatique ».

 

Malgre tout (A pesar de todo)

De Juans Carlos Travieso Fajardo. Cuba, 2012, 35 min

Le blocus économique a eu des effets sur le développement personnel, culturel et artistique du peuple cubain, et est devenu une véritable source d’inspiration pour des artistes comme Maykel Herrera dont les œuvres plastiques évoque une enfance sous embargo.

Juan Carlos Travieso est un jeune cinéaste cubain qui travaille avec le Centro Pablo de la Torriente Brau, l’un des plus actifs de La Havane dans le domaine de l’art digital, la poésie et la musique.

 

Projection suivie d’un débat en présence du réalisateur Hernando Calvo Ospina

 

BUFFET latino-américain et CONCERT acoustique avec Zeta

Une chanteuse franco-colombienne et un guitariste de premier plan sur la scène parisienne, c’est le mélange idéal pour vous plonger au coeur de la musique délicate et rythmée de l’Amérique Latine. Entre standards et musique traditionnelle, le duo Zeta vous propose de parcourir un continent où se côtoient bossa nova, salsa, boléro, cumbia, samba et autres rythmes plus chaleureux les uns que les autres !

Chant : Eléonore Diaz

Guitare : Anthony Winzenrieth

————————————————————————————————————

8eme festival de cinema engage latino-americain PICO Y PALA – Jour 2

Samedi 8 avril 2017 14h

« Colombie : le long chemin vers la paix »

Lieu : Le Sans Plomb

9, rue Ernest Renan, IVRY, M°7 Mairie d’Ivry, RER C Ivry/Seine

 

14h30 Longue marche

De Bruno Muel et Jean-Pierre Sergent, 1965, 20’

Septembre 1965, deux jeunes cinéastes français, Bruno Muel et Jean-Pierre Sergent arrivent en Colombie. Depuis plus d’un an déjà, le gouvernement du Front National de Guillermo León Valencia avait déclaré la guerre aux paysans de Marquetalia en se déchainant contre les « républiques indépendantes », le plan LASO (Latin American Security Operation) était en marche, Riochiquito représentait l’étape suivante. Les cinéastes réussirent à pénétrer dans la zone de guerre, à rencontrer les guérilléros, à filmer les bombardements, l’évacuation des paysans, à enregistrer les images d’un conflit armé qui se prolongerait pendant plus d’un demi siècle.

 

Rostros de la memoria

Centro de Memoria Historica, 2015, 46’

Rostros de la memoria présente quelques unes des initiatives de mémoire développées par les communautés et organisations de victimes dans l’ensemble du pays, particulièrement les expériences de Graffitour de la Comuna 13 à Medellin, les chants funèbres de Pogue à Bojaya, Choco, le Parc du Monument à Trujillo, Vallée du Cauca, et le Salon du “Nunca mas” à Granada, Antioquia. “Les Visages de la mémoire”, recueille un échantillon de la créativité des colombiens et colombiennes qui racontent leurs histoires de résistance à travers les arts, la culture, la transformation d’espaces et la muséologie.

+ Débat

 

17h00 La Paz cotidiana

Meraki Producciones, Colombie, 4’

Court métrage récompensé dans le cadre du concours du festival de ciné communautaire Ojo al Sancocho. Une initiative audiovisuelle qui révèle que le chemin du “NON” est celui de la violence, et qui contribue à construire la paix depuis la quotidienneté et le quartier.

 

Tierra y Sangre

 

Ariel Arango, Colombie/Argentine, 2016, 43’

“La Terre et le sang” retrace différents moments de lutte du mouvement indigène du nord du Cauca (Colombie) avant le processus de “Libération de la Terre Mère” en 2015 et 2016. Le documentaire témoigne du combat pour la pleine autonomie juridique des communautés indigènes et le droit à la mobilisation social. Un document de mémoire sur la lutte millénaire du peuple nasa et une réflexion sur le processus de paix en cours aujourd’hui.

 

18h00 Retratos de una resistencia indigena

De Myriam Laalej et Messaline Porchet Attinger, France/Colombie, 2016, 59’

Amado, Benyi, Roberto et Sylvestre sont respectivement Arhuacos, Wiwa et Kogi. Ce sont les indigènes qui peuplent la Sierra Nevada de Santa Martha (Colombie). Victimes des violences de la région, ils ont choisi comme stratégie de défense la caméra. Loin de donner une image exotique, nous découvrons des indigènes qui tout en préservant leur culture ont décidé d’utiliser certains outils produits de la modernité occidentale.

+ Discussion en présence des réalisatrices

 

REPAS

Arroz aguado végétarien

 

21H CONCERTS

Sonora de Luchar

sonora de lucharSonora de Luchar est une coopérative de production musicale auto-gérée, plurielle et hétéroclite, sans hiérarchies. Elle est au service des diverses luttes contre le capitalisme, le patriarcat et le colonialisme. Elle propose de fêter et danser le bien vivre local et global avec vous, dans les rues ou dans vos locaux, vous apportant joie et créations musicales rebelles.https://www.facebook.com/pg/sonoradeluchar/

 

 

Cumbia Bamba

Cumbia Bamba est né d’un attachement à la cumbia, avec l’envie de s’affranchir du style classique pour créer une cumbia « falsifiée » (bamba) et d’y intégrer les influences musicales propres à chacun (hip hop, rock, ska…).

Cette fusion éclectique aboutit à une musique qui se danse, autant qu’ elle se dandine ou se sautille. Escapade exotique pour les uns, retour aux racines pour les autres, cette musique s’adapte à tous les types de soirées.

DJ Ziman

Electro-Tribal, Afro-Latin digital, Cumbia, Soultropikal & Globalbass

https://soundcloud.com/intiziman

————————————————————————————————-

8eme festival de cinema engage latino-americain PICO Y PALA – Jour 3

Dimanche 9 avril 2017 14h30

« Un toit ou un repas – Migrations en Amerique Latine »

Lieu : Le Clos sauvage

12 rue du clos benard, AUBERVILLIERS, M°7 Quatre chemins

 

Les politiques migratoires latino-américaines évoluent depuis dix ans, car les flux sont de plus en plus importants, et pas seulement vers les Etats-Unis. Dans les documentaires présentés, les discours ouvertement racistes et la violence instituée dont sont victimes les migrants ne doivent cependant pas faire oublier que les citoyens s’organisent pour leur offrir un repas ou un toit, faire reconnaître leurs droits.

 

14h30 Les invisibles (Los invisibles)

Marc Silver y Gael García Bernal, Mexique, 2011, 20′

Chaque année, des dizaine de milliers de personnes quittent leur foyer en Amérique centrale et traversent le Mexique en direction des Etats-Unis, au péril de leurs vies. L’acteur et producteur mexicain Gael Garcia Bernal en collaboration avec Amnesty International donne à voir un voyage fait d’abus, de séquestrations, de violences et de meurtres.

los-invisibles

Quand passe le train

Jérémie Reichenbach, France, 2013, 30′

Dans le village de La Patrona au Mexique, où la vie est rythmée par le passage des trains marchandises remplis de migrants, un groupe d’une dizaine de femmes de plusieurs générations s’est formé et a décidé d’agir.

train 4 la croix

 Migrhambre

Jose Luis Elizalde, Mexique, 2015, 30′

Dans les Auberge des migrants, tenue par des volontaires, l’accueil et l’aide aux migrants s’organisent.

 

+ DEBAT

 

VERNISSAGE EXPOSITION du Collectif sans plus attendre

Depuis janvier 2016 et dans le cadre d’un projet de recherche, le collectif Sans plus attendre s’est rendu régulièrement dans la New Jungle de Calais afin de rendre compte de se qui s’invente, dans ce morceau de ville malmené par les politiques migratoires, mais qui ne cesse d’exister, de proposer, de surprendre envers et contre tout. Relevés habités, cartes mentales, sujets photographiques, dessins, la matière ne manque pas!

https://sansplusattendre.org/

 presentation-sans-plus-attendre_032

17h Courts-métrages et Citoyens de nulle part

Nicolas-Alexandre Tremblay et Régis Coussot, Canada/Haiti/République dominicaine, 2015, 52′

Septembre 2013. La sentence tombe! Le Tribunal Constitutionnel dominicain vient de rendre près d’un quart de millions de dominicains d’origine haïtienne apatrides. Aujourd’hui identifiés comme le mal qui ronge ce pays, ils ont tout perdu : leurs droits, leur liberté, leur identité. Sous forme de conte, narré par le poète et dramaturge haïtien Jean-Claude Martineau, le film plonge droit au cœur du drame humain vécu par ces migrants, qui ont tout sacrifié pour suivre leur rêve de liberté.

 

DÉBAT Politiques migratoires et initiatives citoyennes

 

19h REPAS

 

CONCERT : La MFP,
Un souffle de swing, de klezmer, tangos et autres dérives orientales, sans cadres ni formats! De la musique à l’ ancienne!

MFP