Festival 2019 – 10ème édition !!

Mercredi 10 avril

Ouverture du festival Pico y Pala

« AU PIED DU MUR »

au Magic Cinéma, rue du Chemin Vert, BOBIGNY (M°5 Pablo Picasso)

Entrée 3.5€

https://www.facebook.com/events/1074751949400267/

19h / Vernissage musical de l’exposition photographique “Visages et corps invisibles de la frontière” de Paulina Sánchez. Accompagné de STAbile, duo de violoncelle et piano.

20h / PROJECTION

Au pied du mur / Hotel de paso Paulina Sánchez, Mexique, 2015, 1h38, vostfr. Certains construisent des murs pour séparer les peuples ; d’autres ne peuvent faire autrement que de les franchir au péril de leur vie. Dans cet hôtel de Mexicali qui reçoit quotidiennement des migrants poursuivant le rêve américain, récemment expulsés ou en partance pour la première fois, Paulina Sánchez, elle-même transfrontalière, a réalisé ce documentaire pour leur redonner l’humanité qui leur est refusée. Ces portraits intimes et poignants laissent comprendre toute l’injustice des politiques migratoires actuelles, que le renforcement d’un mur ne pourra pas atténuer.

21h45 / DÉBAT

Anna Touati, éditrice du livre-DVD “Au pied du mur” aux éditions CMDE.

James Cohen, chercheur spécialiste des migrations aux Etats-Unis.

22h30 / CONCERT et buffet.

STAbile interprètera des pièces de tango argentin traditionnelles mais aussi actuelles, dans un joyeux équilibre entre musique de chambre et tango dansé dans les milongas de Buenos Aires. Avec Ernesto Insam au violoncelle, Benjamin Sebban au piano.

 

————————————————————

 

Jeudi 11 avril

« D’OR ET DE FRIC”

Mégaprojets miniers en Guyane et ailleurs

au CICP, 21ter rue Voltaire, PARIS 11ème (M°9 Rue des boulets, M°2 Alexandre Dumas)

Entrée prix libre

Dans le cadre de la Semaine anticoloniale

En partenariat avec le CSIA Nitassan

https://www.facebook.com/events/431710550936645/

19h / ACCUEIL Bar et restauration par la cantine Graine Pop des luttes.

19h30 / PROJECTIONS

Famatina, l’union d’un peuple, Ramal Cinco, Argentine, 2013, 14 min, vostfr. Famatina, petite ville agricole argentine, résiste et s’organise contre les multinationales minières qui cherchent à extraire à ciel ouvert l’or présent sur ses terres. Tout le système d’exploitation aurifère est décrypté et analysé pour en mesurer les conséquences à long terme.

Aguas de oro / Des eaux en or, Simona Carnino, Pérou/Italie, 2015, 16 min, vostfr. Máxima Acuña Chaupe vit à 4200 mètres d’altitude dans les Andes péruviennes et au cœur de Conga, le projet d’agrandissement de la plus grande mine d’or d’Amérique latine, Yanacocha, détenue par la société américaine Newmont. Pour continuer à vivre dans ses montagnes, Máxima doit se battre contre les méthodes abusives de cette société qui la menace et la harcèle sans fin.

Le dernier combat des capitaines de Guyane, Erwan Le Guillermic et David Morvan France, 2018, 52 min. Piloté  par un consortium Canado-Russe, le projet “Montagne d’Or” prévoit en Guyane la plus grande mine à ciel ouvert jamais établie sur le sol français, l’équivalent de 820 terrains de football. Mais au coeur de la forêt amazonienne, une opposition citoyenne voit le jour. Les chefs coutumiers des villages amérindiens, les “Capitaines”, sont poussés par la jeunesse à refuser de voir la terre de leurs ancêtres ainsi maltraitée. Ce film donne la parole à des ­figures amérindiennes de la résistance, qui devient aussi une lutte pour la reconnaissance des droits des peuples premiers.

21h / DÉBAT

Clarisse Taulewali Da Silva, artiste peintre Kali’na, membre de la Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG) en lutte contre le projet Montagne d’Or, Anna Bednik, journaliste indépendante spécialisée dans l’extractivisme, La revue Z, revue itinérante d’enquête et de critique sociale, dont le numéro 12 était consacré à la Guyane.

22h / CONCERT Jean-Jacques Ajoekana, artiste et chanteur traditionnel Kali’na.

 

———————————————————————————————————–

 

Vendredi 12 avril

« ENNEMIS PUBLICS N°1?! »
Défenseurs-es des droits humains dans le viseur des gouvernements

au DOC! 26 Rue du Dr Potain, PARIS 19ème (M°11 Télégraphe)

Entrée prix libre

https://www.facebook.com/events/1286753138116462/

19h / ACCUEIL Bar et restauration par le collectif Ayotzinapa.

19h30 / PROJECTIONS

Nunca más un México sin nosotras / Jamais plus un Mexique sans nous les femmes, Maria Antonieta De la Puente, Mexique, 2018, 13 min, vostfr. Rocío Moreno, du Conseil de gouvernement autochtone, raconte sa lutte sur son propre territoire, son expérience en tant que défenseuse de la vie, et l’importance de la participation d’une porte-parole indigène aux élections de 2018 au Mexique. Sa lutte s’inscrit nécessairement contre et au-delà du système capitaliste et patriarcal actuel.

Nos están matando / On nous assassine, Emily Wright, Tom Laffay et Daniel Bustos Echeverry, Colombie, 2018, 20 min, vostfr. Pendant un an, le documentaire suit deux défenseurs des droits humains menacés de mort dans le Nord du Cauca : Feliciano Valencia, leader indigène nasa luttant pour le droit à la terre, et Héctor Marino Carabalí, leader afro-descendant tentant de former un groupe d’autoprotection communautaire.

¡Berta No Se Murió, Se Multiplicó! / Berta n’est pas morte, elle s’est démultipliée !, Sam Vinal, USA/Honduras, 2017, 30 min, vostfr. Au Honduras, le pays le plus dangereux au monde pour les défenseurs.es de la terre et des droits indigènes, l’assassinat de Berta Cáceres en février 2016 n’a pas fait taire celles et ceux qui luttent pour la justice. Deux ans après, Berta n’est pas morte: elle s’est démultipliée.

20h45 / DÉBAT

Katia Roux, d’Amnesty International, Charlotte Ivern et Adjo Dogbolo, de PBI (Brigades de Paix Internationales), le Collectif Ayotzinapa (Mexique)

21h30 / CONCERT

Sonora de Luchar, Collectif de cumbia rebelle, engagé et sans patron, pour danser et se rebeller aux sons métissés du wayno, reggae, ragga, ska, chicha, punk, rock… et bien sûr de la cumbia ! Arriba lxs que luchan y crean !

—————————————————————————————————————————————

 

Samedi 13 avril

« APRÈS LE FEU, TOURNEZ À DROITE !”

Réalités et utopies des gauches du Nicaragua et d’Amérique du Sud

à La Parole Errante, 9 rue Debergue, MONTREUIL (M°9 Croix de chavaux)

Entrée prix libre

https://www.facebook.com/events/2405070836183859/

14h / ACCUEIL Bar et restauration par la cantine Graine Pop des luttes.

ATELIERS

« On s’en tamponne le coquillard », atelier collectif d’affiches en lutte, avec l’artiste Clara Gaget. Inspiré par la littérature de cordel, venez prendre part à la création d’affiches poé-litiques armé.e.s de linogravures et de tampons.

“Action non violente”. Modules de réflexion avec le collectif Extinction Rébellion France.

EXPO PHOTO “Soyons Ingouvernables” Conçue par l’Agence de Presse Pressenza. Regard sur les évènements politiques et les actions citoyennes en France des dix dernières années.

PROJECTIONS

14h30 / Nicaragua, une révolution confisquée, Gilles Bataillon et Clara Ott, France, 2013, 1h30, vostfr. En 1979, au Nicaragua, la révolution sandiniste chassait du pouvoir la famille Somoza et suscitait un grand espoir parmi le peuple nicaraguayen oppressé par 50 ans de dictature. Qu’est devenue cette révolution originale qui a enthousiasmé le monde entier ? Que reste-t-il de ses idéaux revendiqués à la fois par Daniel Ortega, réélu Président en 2011, et par ses opposants, les sandinistes rénovateurs, engagés dans un bras de fer avec leur ancien leader depuis les années 90 ?

16h30 / Je serai des millions, Amanda Chaparro et Paulina A. Dominguez, France, 2016, 52 min, vostfr. Vu d’Europe, la Bolivie d’Evo Morales, le premier président indigène de Bolivie, fait figure de laboratoire des gauches latino-américaines, avec pour projet ambitieux une société basée sur l’émancipation des peuples autochtones et le respect de la Terre Mère. Mais aujourd’hui, des scandales de corruption et la répression des mouvements sociaux entachent son gouvernement. Dix ans après l’arrivée au pouvoir de la gauche, quel est le vrai visage de la révolution bolivienne ?

17h30 / Encantado, Filipe Galvon, Brésil, 2018, 55 min, vostfr. Regardé il y a quelques années encore comme le pays du futur, le Brésil a plongé en 2014 dans une grave crise économique et politique. Encantado donne la parole à la génération Lula–Dilma pour composer le récit d’un désenchantement démocratique.

19h / DÉBAT

Gilles Bataillon, sociologue spécialiste de l’Amérique latine contemporaine. Francis Ruiz, militante de l’association France Nicaragua Autoconvocados Solidarios, Rassemblés Solidaires. Pavel Rodríguez, militant étudiant nicaraguayen. Luis Martinez Andrade, chercheur en écologie politique latino-américaine. Filipe Galvon, réalisateur brésilien. Fred Lyra, membre d’Autres Brésils et philosophe

20h30 / CONCERTS

Le Fantasy Orchestra Paris Du Western-Spaghetti d’Ennio Morricone au Bollywood de R.D. Burman en passant par Jimi Hendrix, le Fantasy Orchestra vous propose une aventure musicale inoubliable !

Le Vent de Panique Fanfare tout terrain avec plein de soufflants, de tambourins, et un piano à bretelles. Mambo, salsa, cha-cha, bolero, traditionnel Yiddish, chanson française.

 

———————————————————

Dimanche 14 avril

“ON DÉRANGE? ON DÉGENRE !”

Luttes LGBT+  d’Amérique Latine

Le Landy sauvage,166 rue du Landy, SAINT-DENIS (RER B ou RER D Stade de France)

Entrée prix libre

https://www.facebook.com/events/2131815056894146/

14h / ACCUEIL Bar et restauration par Cocina de Guerilla et Pico y Pala

ATELIER « On s’en tamponne le coquillard », atelier collectif d’affiches en lutte, avec l’artiste Clara Gaget. Inspiré par la littérature de cordel, venez prendre part à la création d’affiches féministes et poé-litiques armé.e.s de linogravures et de tampons.

PROJECTIONS

14h30 / El Laberinto de las lunas / Le labyrinthe des lunes, Lucrecia Mastrangelo, Argentine, 2019, 1h10, vostfr. Depuis 2012, l’Argentine est le pays le plus avancé quant aux droits des personnes transgenres. Dans un quartier populaire, Karla, Lorena et Maira, trois femmes travesties militantes, racontent leurs histoires, leurs enfances et leur combat contre la discrimination et la marginalisation.

16h / Courts-métrages

Sélection Fem tour truck

Tailor, Calí dos Anjos, Brésil, 10 min, vostfr.

Justice pour Marielle Franco, Amnesty, Suisse, 2018, 2min, vostfr

17h / 108 – Cuchillo de palo, Renate Costa, Paraguay, 2010, 1h30, vostfr. Rodolfo Costa était différent. Il ne voulait pas être forgeron comme tous les membres de sa famille. Dans le Paraguay des années 80, sous la dictature de Stroessner, il voulait devenir danseur professionnel. C’est en fouillant dans les fragments de son passé que la réalisatrice Renate Costa découvre que son oncle avait fait partie de la « liste des 108 homosexuels », et qu’il avait été arrêté et torturé… Un documentaire multi-primé, avec de magnifiques portraits du Paraguay d’aujourd’hui.

18h30 / DÉBAT

Coletiva Marielles, collectif féministe brésilien formé après l’assassinat de Marielle Franco. Sylvie Delannoy de Contact Ile-de-France. Mimi Aum Neko, co-présidente de « Acceptess-T », association de défense des droits des personnes transgenres les plus précarisées par l’intersectionnalité.

19h30 / CONCERTS

Las Guarichas Cósmikas. Batucada lesbo-trans féministe!!! Un collectif composé de féministes insoumis.e.s et révolté.e.s, de toutes origines (Amérique Latine, France, Afrique), qui au rythme du tambour décident de faire passer la politique par les corps qui s’imposent, par les pieds qui dansent et par les bouches qui crient “rébellion !!!”

MAYE DJ. Activiste éco-lesbo féministe d’origine franco-colombienne, MAYE DJ fait partie du mouvement latino-américain #NiUnaMenos – #VivasNosQueremos, de Las Guarichas Cósmikas et de Alerta Feminista à Paris, luttant contre les féminicides en Amérique Latine. Style musical : latino (rock, cumbia, salsa, punk, ska), cumbia et reggaeton féministes, hip-hop militant, ragga et dancehall.